Mon quotidien d'étudiante infirmière


Hello les lunes ☾ Comme cela fait partie intégrante de ma vie, j'avais envie de faire un petit article humeur et de vous parler de mon quotidien d'étudiante infirmière. Pour vous résumer le contexte, j'ai passé plusieurs concours par chez moi, dans le sud ouest. J'en ai eu 2 sur 4 au total ; mais sur liste complémentaire... J'ai donc eu le concours infirmier, mais pas la place dans un IFSI. Pour être sûre de ne pas perdre ma place au concours, j'ai envoyé plein de lettres dans d'autres IFSI avec seul espoir, qu'on me rappelle pour me dire que j'intégrais une promotion en septembre. BINGO ! Ca n'a pas manqué, j'ai été prévenue au dernier moment (aux alentours du 27 août) pour une place de libre dans une école de haute-normandie. Je suis passée un peu par toutes les étapes du deuil : le choc, le déni... Puis j'ai fini par me prendre par la main et me dire ok, c'est ce que tu veux faire : alors tu t'en donnes les moyens ! J'ai eu l'immense chance d'avoir un chéri formidable qui a décidé de tout plaquer et de me suivre dans mon aventure, à plus de 900 km de nos familles. 

Je commence à avoir de l'expérience en la matière "d'étudiante infirmière" puisque à ce jour, il me reste plus qu'une année : et pas des moindre ! Durant 2 ans, j'ai beaucoup râlé concernant la charge de travail à fournir mais également et surtout : la masse de travail à la maison. J'ai aussi beaucoup stressé, je pense que sur un compteur de 0 à 100 j'étais à plus de 2000. C'est une formation qui vise à nous dépasser et c'est vraiment pas du fake ! Il faut toujours être confiant à 100% si l'on veut réussir ; ce qui n'était pas forcément toujours mon cas. Je suis le genre de personne qui est plus productive lorsqu'elle travaille dans l'urgence, et croyez-moi, je me suis fourrée dans de belles galères à cause de ce vilain défaut. Associé au stress, j'ai également pas mal pleuré. La pression, la fatigue... Et paf, ça fait des chocapics. Je suis tout de même très bien entourée, et mon chéri a su me prêter ses bras à chaque moment de faiblesse. D'ailleurs, quand je lui demande lui, comment il résume ces 2 ans, il me répond : révisions, révisions, révisions, pleurs, larmes. Hahahaha. C'est du boulot, il faut s'accrocher, mais putain, qu'est-ce que ça en vaut la peine ! 

Oui car, on pourrait le croire mais il n'y a pas que des points négatifs ! Loin de là. Etre infirmière, c'est un peu comme mon but ultime à atteindre dans la vie. C'est le métier qu'il me fallait, celui que j'aime et pour lequel je me battrai. Etre infirmière, c'est cette relation que tu as avec ton patient, ce contact si proche mais si éloigné à la fois. J'adore m'intéresser à eux, à ce qu'ils aiment faire, à ce qu'ils ont fait le weekend passé... J'adore les écouter me raconter leurs périples, leurs émotions, leurs souhaits. Je suis tellement reconnaissante d'avoir croisé ces patients qui m'ont encouragé et qui ont cru en moi alors que j'étais seulement en première année, que j'étais encore innocente et peu formée. J'adore faire sourire ces patients souffrants, en leur racontant quelques blagues totalement nulles, ou quelques anecdotes futiles et inutiles. J'adore quand ils me remercient d'avoir pris le temps auprès d'eux. Chaque stage est un réel coup de pied aux fesses tellement j'apprends de chacun ; et surtout ; de personnes malades ou invalides. J'adore leur faire une caresse dans le dos quand ils n'ont pas le moral, ou leur serrer doucement la main quand ils me parlent. Je suis vraiment reconnaissante envers toutes ces personnes qui ont croisé mon chemin. Elles ont su changer mon regard sur la vie, sur les difficultés que l'on peut rencontrer. Je suis aussi devenue plus mature, plus réfléchie. Sûrement plus attentionnée également. Je suis heureuse de me dire qu'il me reste plus qu'une année pour faire le métier de mes rêves, ce métier pourtant bancal ces temps-ci tant les conditions sont difficiles. Le chemin à parcourir risque d'être encore sinueux, et même si je sais qu'il me reste une année encore à râler, pleurer et stresser : j'y arriverai.


Etre étudiant infirmier n'est pas toujours le meilleur des rôles à assumer, que ce soit en stage ou dans la formation. Mais il faut avouer, ce sont de sacré bons souvenirs ! Je n'oublie pas -entre deux larmes- ces fou rire que j'ai pu avoir avec les copains. Ces anecdotes que l'on a pu se raconter... Ainsi que nos maladresses arrivées en stage. J'en rigole encore de certaines (plus profond madaaaaame...) C'est totalement une expérience et un style de vie. Mon chéri à vraiment du courage de vivre entouré d'étudiants infirmiers qui racontent leurs petites histoires dégueux lors du repas (du style liquides biologiques ou plaies pas très jo-jo) ou seulement qui parlent 22h sur 24h de sujets médicaux ! {Bon allé, on va dire que ça l'instruit}


J'avais envie de changer de style d'article aujourd'hui, et surtout envie de papoter avec vous ! Je serai d'ailleurs curieuse de savoir si j'ai des lectrices qui sont également étudiantes infirmières, et de connaître votre point de vue sur le sujet ! J'espère que ça vous a plu, 

Bisous lunaires ♡




🔺Article non sponsorisé.

Retrouvez-moi sur les réseaux sociaux

InstagramFacebookTwitter 

8 commentaires

  1. Ca ne doit pas être facile tous les jours. En tout cas tu as un chéri en or, tout plaquer pour suivre sa moitié, ce n'est pas tous les hommes qui le feraient.
    Deltreylicious
    http://deltreylicious.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement ce ne sont pas des études simples, mais ça en vaut vraiment le coup pour la finalité :) Mon chéri est une crème !! Bonne journée ma belle ☾

      Supprimer
  2. Hello ! Première fois que je passe sur ton joli blog, car j'ai été attiré par cet article. Voilà un an que je suis diplômé IDE et... j'ai choisi une autre voie. Je reconnais qu'il faut beaucoup s'accrocher entre le concours, les cours et les stages. Je ne m'attendais pas à un tel boulot personnellement et j'ai fini par perdre ma motivation en fin de deuxième année. Pourtant je suis allée au bout, et je pense que c'est mon mémoire qui m'a fait tenir, parce que c'était un projet qui me tenais à coeur. Aujourd'hui, je reste dans le domaine médical, mais je change un peu de voie. je ne regrette pas mon parcours, mais au final, je me suis rendue compte que le métier que je choisissais n'était pas celui que je m'imaginais. Je me reconnais dans tes mots, dans le bonheur de ces moments partagés avec les patients. C'est ce relationnel qui me plait et qui me booste. Mais aujourd'hui, ou est-il dans notre métier ?
    En tout cas, je ressens beaucoup de motivation en toi et j'espère que c'est la bonne voie. Je te souhaite beaucoup de courage pour la suite, tu vas voir cette année va filer à une vitesse folle ! Accroches toi, en plus tu as la chance d'avoir un chéri assez exceptionnel si j'ai bien compris ! ;D

    Bise, à bientôt
    Marine (DeuxAimes)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ma belle ! Merci d'avoir pris le temps de rédiger ton commentaire, qui m'a fait très plaisir :)
      Je suis curieuse d'en savoir un peu plus sur ta reconversion ! La formation m'a également fait douter à plusieurs reprises mais m'a aussi permise de me rendre compte que c'est vraiment le métier que j'aime et que j'ai envie de faire. Je comprends tout à fait que l'on puisse changer d'avis, au vue des conditions dans lesquelles il se trouve à notre époque... Le relationnel a tendance à s'effacer peu à peu, mais nous avons besoin de jeunes infirmiers et infirmières diplômés pour tenter de changer les choses ! Je te souhaite tout plein de bonheur dans ta vie pro en tout cas ; fais ce qu'il te plaît, c'est de loin la notion la plus importante !

      Bises lunaires ☾♡

      Supprimer
  3. C'est vraiment beau comment tu parles de ce métier, j'espère vraiment que tu y arriveras et que tu pourras exercer ton métier de rêve ! :)

    Des bisous, Lisa

    RépondreSupprimer
  4. Pour commencer, je trouve merveilleux que tu aies trouvé une vocation qui te donne envie de t'investir à 100%. J'ai énormément d'admiration pour les personnes qui exercent ce métier, et du coup encore plus d'admiration pour toi qui n'a pas hésité à faire presque un millier de kilomètres pour faire ce que tu aimes ! C'est un métier merveilleux et tellement difficile, il faut effectivement beaucoup de courage et de travail, c'est pourquoi je te remercie car tu es une source d'inspiration pour beaucoup (moi la première haha). Plus qu'une année, elle va filer vite, tu es courageuse et volontaire, tout ce qu'il faut pour réussir ! Bon courage et belle continuation ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton commentaire me fait tellement chaud au coeur, tu es adorable ♡
      Je pense qu'il est nécessaire de trouver sa voix et de faire vraiment quelque chose que l'on aime faire ! C'est la clef de beaucoup de choses, et surtout : du bonheur :)

      Belle soirée à toi !

      Supprimer